Ce site web utilise des cookies

Nous utilisons des cookies fonctionnels et analytiques pour améliorer notre site Web. De plus, des tiers placent des cookies de suivi pour afficher des publicités personnalisées sur les réseaux sociaux. En cliquant sur Accepter, vous consentez au placement de ces cookies.
1. Force d’innovation 

L’entrepreneuriat au sein du secteur belge des soins médicaux a permis de grandes avancées technologiques au cours de ces dernières années. Heureusement, les chercheurs et médecins ont pu, pour ce faire, s’appuyer sur les grandes forces des entreprises de bien-être et de soins, ainsi que sur les centres de connaissance. 

Cette importance de la science, de l’innovation et de la technologie n’est apparue que plus clairement pendant la crise sanitaire, tant sur le plan du diagnostic et de la prévention qu’en matière d’e santé, de santé mentale et de collaboration entre tous les établissements de soins. 

 

Le COVID-19 a tout changé

L’informatique et la technologie n’ont encore jamais eu, pour le secteur des soins de santé, une telle importance qu’aujourd’hui. C’est là l’une des nombreuses choses que le COVID-19 a clairement révélées. Le secteur s’est entièrement réorganisé en un temps record, et les systèmes et le support IT ont eux aussi passé un test critique, notamment s’agissant de rendre les espaces de travail hybrides immédiatement et massivement accessibles au plus grand nombre de fonctions possible. 

Et, à l’instar du reste de notre économie, qui n’est pas retournée en mode ‘business as usual’ après la pandémie, notre secteur des soins en sortira lui aussi changé.

La technologie apporte une réponse à nombre de ces défis, mais est à son tour confrontée à quelques obstacles :

  • Un manque de budget et de connaissances informatiques dans le secteur
  • Une variété de systèmes et de maturités techniques
  • Des doutes quant à la fiabilité et à la sécurité

Il existe dans le même temps toute une liste d’opportunités digitales susceptibles d’améliorer les soins apportés aux patients et le travail du personnel soignant. En combinant télécoms, IT et technologies innovantes, il est possible d’offrir un bien meilleur soutien, et ce, tout au long du parcours de soins :

chapitre 1

Les nombreux défis du secteur des soins de santé 

La combinaison d’une population vieillissante, d’une pression continue sur les budgets alloués aux soins médicaux et d’un manque (chronique) de personnel médical sont autant d’ingrédients d’une crise sérieuse. 

Il est donc grand temps d’œuvrer, avec toutes les parties impliquées dans ce secteur, à élever le niveau de nos soins.

2. Automatisation des tâches administratives

Outre la coopération entre tous les établissements de soins, la clé pour des soins de santé de qualité réside également pour une grande part dans le personnel soignant lui-même. Aussi, il est très important que ces personnes puissent consacrer un maximum de leur temps à des tâches de soins médicaux primaires. 

L’automatisation de certaines tâches administratives libère du temps professionnel aux soignants, lesquels peuvent ainsi se concentrer sur les soins plus complexes. Ceci peut aller de l’élaboration des horaires ou de la prise de rendez-vous à l’admission de nouveaux patients. Actuellement par exemple, selon une étude de Voka, le personnel soignant consacre  un tiers de son temps à des tâches non médicales : un chiffre que les innovations technologiques pourront sans aucun doute diminuer.

Chaque groupe professionnel au sein du secteur pourra ainsi consacrer un maximum de son temps aux tâches les plus complexes, en fonction de sa formation et de son expérience. Ceci augmentera non seulement la productivité et la qualité, mais permettra également davantage de contact personnel avec les patients. Cette suppression de certaines tâches pourra en outre booster l’attractivité des divers métiers médicaux sur le marché du travail. 


3. Autonomisation du patient

Des soins de qualité sont également des soins portés tant par le soignant que par le patient. La connexion entre ces deux parties crée de la confiance dans un monde où le secteur médical subit une pression toujours plus forte. Notamment grâce à l’émergence de plateformes destinées aux patients, telles que le dosssier médical, les utilisateurs de soins ont désormais un accès direct à leurs données médicales et peuvent entamer un dialogue constructif avec leur soignant.

  • L’accès à un tel hub centralisé d’informations laisse davantage de responsabilités aux mains des patients, désormais directement impliqués dans le lieu, le moment et la façon dont certains examens, consultations, etc. vont se dérouler. 
  • L’intégration directe des téléconsultations et de la surveillance à cette même plateforme complète l’ensemble.. 
  • Dans le même temps, le système rassemble tous les organismes de soins impliqués autour de l’utilisateur, de sorte que l’on dispose toujours des informations pertinentes là où elles sont nécessaires.

Grâce à ce système d’interaction mutuelle et d’échange de données entre soignant et patient, le secteur des soins de santé a su s’adapter rapidement pendant la crise sanitaire, avec à la clé un usage massif de la téléconsultation et des apps médicales. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour dépasser les silos de données des établissements de soins et permettre entre toutes les parties impliquées un vaste échange de données au sein d’un environnement sûr sur le plan cybernétique. Ainsi, des partenaires issus du secteur des soins pourraient, entre autres, utiliser efficacement ces infos (anonymisées) dans des études cliniques et autres études scientifiques révolutionnaires. 

Cette transformation digitale est déjà en bonne voie et fut majoritairement permise par les innovations informatiques sous-jacentes et les nombreuses années de fiabilité des réseaux télécoms existants. 

Maar wat leveren die data nu concreet op? De tweede horde die maakbedrijven nemen, is die data op een overzichtelijke en efficiënte manier aan de medewerkers presenteren.  

Guy De Winne (ST Engineering): “De voorbije jaren verzamelden we heel wat data, maar die zat verspreid over verschillende databases, zowel vanuit de productie en machines als uit de ondersteunende diensten. We wilden ervoor zorgen dat alle informatie gecentraliseerd werd in één datacube met verschillende views. Zodat elke medewerker vlot de juiste informatie voor zijn functie uit die centrale database kan halen.” 


Les opportunités d’aujourd’hui dans le secteur de la santé

Source : Berlin G. et al. Optimizing the nursing skill mix: A win for nurses, patients, and hospitals. McKinsey on Healthcare. Mei 2014

Inclut :

  • le transport de patients stables
  • l’assistance aux patients dans leurs activités quotidiennes (par ex. se vêtir, aller aux toilettes, manger)
  • fixer des rendez-vous de suivi et d’examens
  • chercher/récupérer de l’équipement, des livraisons, du linge de lit, etc.
  • réparer du matériel en panne
  • apporter des échantillons au labo ; récupérer des médicaments à la pharmacie

À quoi le personnel soignant consacre son temps

64%

tâches  médicales

36%

tâches non médicales

Rendez-vous/urgence

Accident ou maladie du patient

Prise en charge

Diagnostic | Radiologie | Laboratoire | Pathologie | Consultations

Thérapie | Médication | Transfusion sanguine

Pronostic | Évolution | Suivi

Convalescence | rééducation

Sortie de l’établissement

Soins ultérieurs

chapitre 1 – défis 

Convalescence | rééducation

Pronostic | Évolution | Suivi

Diagnostic | Radiologie | Laboratoire | Pathologie | Consultations

Thérapie | Médication | Transfusion sanguine

Sortie de l’établissement

Prise en charge

Rendez-vous/urgence

Accident ou maladie du patient

La technologie apporte une réponse à nombre de ces défis, mais est à son tour confrontée à quelques obstacles :

  • Un manque de budget et de connaissances informatiques dans le secteur
  • Une variété de systèmes et de maturités techniques
  • Des doutes quant à la fiabilité et à la sécurité

Il existe dans le même temps toute une liste d’opportunités digitales susceptibles d’améliorer les soins apportés aux patients et le travail du personnel soignant. En combinant télécoms, IT et technologies innovantes, il est possible d’offrir un bien meilleur soutien, et ce, tout au long du parcours de soins :

La combinaison d’une population vieillissante, d’une pression continue sur les budgets alloués aux soins médicaux et d’un manque (chronique) de personnel médical sont autant d’ingrédients d’une crise sérieuse. 

Les nombreux défis du secteur des soins de santé 

Soins ultérieurs

À quoi le personnel soignant consacre son temps

Grâce à ce système d’interaction mutuelle et d’échange de données entre soignant et patient, le secteur des soins de santé a su s’adapter rapidement pendant la crise sanitaire, avec à la clé un usage massif de la téléconsultation et des apps médicales. Il reste néanmoins beaucoup à faire pour dépasser les silos de données des établissements de soins et permettre entre toutes les parties impliquées un vaste échange de données au sein d’un environnement sûr sur le plan cybernétique. Ainsi, des partenaires issus du secteur des soins pourraient, entre autres, utiliser efficacement ces infos (anonymisées) dans des études cliniques et autres études scientifiques révolutionnaires. 

Cette transformation digitale est déjà en bonne voie et fut majoritairement permise par les innovations informatiques sous-jacentes et les nombreuses années de fiabilité des réseaux télécoms existants. 

Des soins de qualité sont également des soins portés tant par le soignant que par le patient. La connexion entre ces deux parties crée de la confiance dans un monde où le secteur médical subit une pression toujours plus forte. Notamment grâce à l’émergence de plateformes destinées aux patients, telles que le dosssier médical, les utilisateurs de soins ont désormais un accès direct à leurs données médicales et peuvent entamer un dialogue constructif avec leur soignant.

  • L’accès à un tel hub centralisé d’informations laisse davantage de responsabilités aux mains des patients, désormais directement impliqués dans le lieu, le moment et la façon dont certains examens, consultations, etc. vont se dérouler. 
  • L’intégration directe des téléconsultations et de la surveillance à cette même plateforme complète l’ensemble.. 
  • Dans le même temps, le système rassemble tous les organismes de soins impliqués autour de l’utilisateur, de sorte que l’on dispose toujours des informations pertinentes là où elles sont nécessaires.
3. Autonomisation du patient

Source : Berlin G. et al. Optimizing the nursing skill mix: A win for nurses, patients, and hospitals. McKinsey on Healthcare. Mei 2014

Inclut :

  • le transport de patients stables
  • l’assistance aux patients dans leurs activités quotidiennes (par ex. se vêtir, aller aux toilettes, manger)
  • fixer des rendez-vous de suivi et d’examens
  • chercher/récupérer de l’équipement, des livraisons, du linge de lit, etc.
  • réparer du matériel en panne
  • apporter des échantillons au labo ; récupérer des médicaments à la pharmacie

tâches  médicales

64%

tâches non médicales

36%

Outre la coopération entre tous les établissements de soins, la clé pour des soins de santé de qualité réside également pour une grande part dans le personnel soignant lui-même. Aussi, il est très important que ces personnes puissent consacrer un maximum de leur temps à des tâches de soins médicaux primaires. 

L’automatisation de certaines tâches administratives libère du temps professionnel aux soignants, lesquels peuvent ainsi se concentrer sur les soins plus complexes. Ceci peut aller de l’élaboration des horaires ou de la prise de rendez-vous à l’admission de nouveaux patients. Actuellement par exemple, selon une étude de Voka, le personnel soignant consacre  un tiers de son temps à des tâches non médicales : un chiffre que les innovations technologiques pourront sans aucun doute diminuer.

Chaque groupe professionnel au sein du secteur pourra ainsi consacrer un maximum de son temps aux tâches les plus complexes, en fonction de sa formation et de son expérience. Ceci augmentera non seulement la productivité et la qualité, mais permettra également davantage de contact personnel avec les patients. Cette suppression de certaines tâches pourra en outre booster l’attractivité des divers métiers médicaux sur le marché du travail. 


2. Automatisation des tâches administratives

L’informatique et la technologie n’ont encore jamais eu, pour le secteur des soins de santé, une telle importance qu’aujourd’hui. C’est là l’une des nombreuses choses que le COVID-19 a clairement révélées. Le secteur s’est entièrement réorganisé en un temps record, et les systèmes et le support IT ont eux aussi passé un test critique, notamment s’agissant de rendre les espaces de travail hybrides immédiatement et massivement accessibles au plus grand nombre de fonctions possible. 

Et, à l’instar du reste de notre économie, qui n’est pas retournée en mode ‘business as usual’ après la pandémie, notre secteur des soins en sortira lui aussi changé.

Le COVID-19 a tout changé

L’entrepreneuriat au sein du secteur belge des soins médicaux a permis de grandes avancées technologiques au cours de ces dernières années. Heureusement, les chercheurs et médecins ont pu, pour ce faire, s’appuyer sur les grandes forces des entreprises de bien-être et de soins, ainsi que sur les centres de connaissance. 

Cette importance de la science, de l’innovation et de la technologie n’est apparue que plus clairement pendant la crise sanitaire, tant sur le plan du diagnostic et de la prévention qu’en matière d’e santé, de santé mentale et de collaboration entre tous les établissements de soins. 

 

1. Force d’innovation 

Les opportunités d’aujourd’hui dans le secteur de la santé

Il est donc grand temps d’œuvrer, avec toutes les parties impliquées dans ce secteur, à élever le niveau de nos soins.

chapitre 1